TV : Faut-il choisir un écran OLED ou QLED ?

Publié :
[Total: 1 Average: 5]
[Total: 1 Average: 5]

Vous cherchez un nouveau téléviseur Android TV ou autre pour votre salon, mais vous ne savez pas où donner de la tête entre les modèles QLED et ceux dotés d’une dalle OLED ? La confusion est légitime. Cet article décortique les deux technologies pour vous aider à y voir plus clair et profiter de la meilleure qualité d’image en fonction de vos habitudes.

Si vous explorez les rayons des magasins ou bien les catalogues de sites de vente en ligne, comme Ubaldi, à la recherche d’un nouveau Smart TV, vous êtes forcément tombé nez à nez avec des modèles OLED et QLED. Ces deux technologies ont le vent en poupe, et même si on les confond souvent, elles sont pourtant différentes l’une de l’autre. C’est pourquoi, avant de choisir le modèle de TV qui trônera prochainement dans votre salon, il vaut mieux comprendre les différences entre ces deux technologies d’affichage. Un décryptage s’impose.

1. La technologie OLED

televiseur-lg-oled
©lg

Qu’est-ce que l’OLED ?

OLED signifie « Organic Light-Emitting Diode ». Cela désigne un composant électronique de petite taille, qui embarque une substance organique capable de produire de la lumière lorsqu’elle est traversée par un courant électrique. La dalle d’un écran OLED comprend plusieurs millions de pixels, et chaque pixel est en réalité composé de quatre sous-pixels (rouge, vert, bleu et blanc) matérialisés par de minuscules diodes qui peuvent s’allumer et s’éteindre indépendamment les unes des autres.

©lg

Les surfaces avant et arrière de la dalle sont recouvertes d’un film transistor transparent qui se charge de faire passer le courant électrique au sein de chaque sous-pixel, pour lui permettre de s’éteindre et de s’allumer lorsque c’est nécessaire. L’OLED est notamment utilisé par Sony, Panasonic, Philips et LG.

Lire l’article : En quoi l’image d’une TV OLED est-elle différente ?

Les avantages de l’OLED

Contrairement à un écran LCD « classique », il n’y a pas besoin de rétroéclairage supplémentaire pour profiter d’une luminosité accrue avec un écran OLED. Cela a différents avantages. Tout d’abord, la dalle est généralement très fine, puisque les couches de matériaux nécessaires au fonctionnement de celle-ci sont réduites. En effet, l’écran LCD implique une source de lumière puisque ses diodes ne sont pas électroluminescentes. Cette source est donc installée à l’arrière de la dalle LCD, ce qui prend forcément davantage de place dans le châssis du téléviseur. Un écran OLED est donc très fin et affiche parfois moins de 2 cm d’épaisseur. Il est aussi plus léger.

Ensuite, les contrastes sont généralement meilleurs, avec des noirs profonds : certains constructeurs de dalles, notamment LG Display, n’hésitent pas à parler de « contraste infini ». Ce point s’explique par le fait que la diode électroluminescente s’éteint tout simplement pour proposer un pixel noir, qui l’est donc vraiment.

À l’inverse, le cristal liquide d’un écran LCD laisse plus ou moins passer la lumière du rétroéclairage.  Même en position complétement fermée, il y a toujours un peu de lumière qui fuite, même si c’est minimal. C’est pourquoi la profondeur du contraste proposée par une dalle OLED est généralement saluée par les utilisateurs en quête d’une totale précision.

tv-led-ou-tv-oled-le-match

lire l’article : TV LED ou TV OLED : Le match !

La technologie OLED se révèle très réactive en ce qui concerne le temps de rémanence, c’est-à-dire le laps de temps nécessaire pour que la dalle « change d’état ». Une dalle OLED peut afficher un temps de rémanence de 0,1 milliseconde, ce qui se résume à un changement d’état immédiat. À titre de comparaison, un écran QLED affiche, en moyenne, un temps de rémanence de 2 millisecondes. Autre avantage, des angles de vision larges, bien plus que ceux d’un écran LCD avec rétroéclairage LED, ce qui permet de profiter d’une luminosité et d’une colorimétrie constante, que vous soyez assis en face ou sur un côté de votre canapé.

Enfin, l’OLED est une technologie particulièrement économe en énergie : cela s’explique une nouvelle fois par l’extinction des diodes qui ne servent pas, et qui ne consomment pas d’électricité pour rien.

Un TV OLED peut consommer jusqu’à 60% d’énergie en moins qu’un écran LCD équivalent en taille. Notons que le QLED arrive à faire encore mieux de son côté.

Les Points faibles de l’OLED

Parmi les points faibles de l’OLED, on peut relever les limites de la luminosité de l’écran. En effet, tant que celui-ci n’est pas à proximité d’un éclairage direct comme une lampe ou une fenêtre, sa luminosité est très efficace. Utiliser un écran OLED dans l’obscurité garantit une très belle expérience. L’utiliser en pleine journée ou bien avec la lumière allumée s’avère moins satisfaisant, la plupart des écrans OLED ne dépassent pas les 800 nits, même si certaines références très haut de gamme peuvent atteindre les 1000 nits.

Par ailleurs, pour offrir le meilleur taux de contraste et le maximum de luminosité, les écrans OLED sont dépourvus de filtre anti-reflet. Leur dalle est brillante, ce qui est un autre inconvénient si vous utilisez le téléviseur dans un environnement lumineux.

2. La technologie QLED

televiseur-qled-samsung
©samsung

Le QLED, c’est quoi ?

QLED signifie « Quantum Light-Emitting Diode », ou Diode électroluminescente à point quantique. Contrairement à l’OLED qui laisse complètement de côté les cristaux liquides des écrans LCD, le QLED réintroduit cette technologie différemment. Ainsi, une dalle QLED est composée d’une couche de nano-cristaux, les fameux « quantum dots » ou « points quantiques », qui sont installés entre l’écran et le système de rétroéclairage LED.

quantum-dot-qled
point quantique ©samsung

Chaque point quantique est autonome et il se colore grâce à la couche de rétroéclairage, et le calibrage de l’ensemble est réalisé de manière à obtenir les couleurs les plus pures et lumineuses possibles, notamment du côté du rouge et du vert, qui sont souvent les points faibles des écrans LCD classiques. Le QLED n’est pas une technologie si répandue par rapport à l’OLED. Le QLED de Samsung en est le principal ambassadeur sur le marché, mais on peut également citer les constructeurs HiSense et TCL qui proposent des téléviseurs dotés de dalles QLED.

Lire l’article : La technologie QLED : De quoi s’agit-il exactement ?

Les avantages du QLED

Le fait que le QLED utilise des particules inorganiques, contrairement à l’OLED et à ses particules organiques, assure une plus longue durabilité des couleurs et de la luminosité. C’est donc là l’un des principaux avantages du QLED. Même après de nombreuses années d’une intense utilisation, les couleurs et les contrastes restent parfaits, et la luminosité ne faiblit pas. L’étalonnage précis des écrans QLED est conçu pour ne pas bouger et cela se ressent sur la durée de vie de l’écran.

La luminosité, d’ailleurs, est un point fort de la technologie QLED. La luminance de crête peut monter jusqu’à 4000 nits sur les modèles haut de gamme et un modèle de gamme standard parvient facilement à faire mieux qu’un OLED haut de gamme, et donc à dépasser les 1000 nits. Cette luminosité très élevée permet au QLED de prendre en charge un filtre anti-reflet performant sans perdre en performance. De ce fait, pour une pièce de vie où l’écran est allumé en journée ou à proximité d’une fenêtre ou d’une lampe, le QLED s’en sort très bien.

Le QLED réussit la performance d’être généralement encore plus économique que l’OLED. Cela s’explique par le fait que les points quantiques se contentent d’être traversés par la lumière des LED, et ne sont pas alimentés en électricité : le fonctionnement de ce système en partie passif se révèle peu gourmand en énergie.

Les points faibles du QLED

Si le QLED peut se targuer d’offrir des couleurs vives en toute circonstance, la présence d’un rétroéclairage LED au sein de la dalle a forcément un impact sur les contrastes et la profondeur des noirs, ces derniers sont fatalement moins satisfaisants qu’avec l’OLED et ses pixels éteints. Les constructeurs comme Samsung ont travaillé intensivement sur le sujet pour minimiser ce souci, notamment en développant une technologie nommée « local dimming« , ou « micro dimming » qui a pour but de contrôler le rétroéclairage par zones de l’écran, ce qui permet d’éteindre les zones non sollicitées et ainsi de renforcer les contrastes. Ce type de technologie est généralement proposé avec un rétroéclairage Edge LED, où les LED sont sur le bord de l’écran, ou en Full LED, c’est-à-dire présentes sur toute sa surface.

Côté temps de rémanence, le QLED accuse également un retard face à l’OLED. Même si, dans les faits, les modèles de TV QLED d’aujourd’hui peuvent descendre jusqu’à 2 millisecondes de temps de réponse, ce qui est plus que suffisant pour la plupart des usages que l’on peut en faire, cela peut motiver certains types d’utilisateurs à passer leur chemin.

Enfin, à diagonale égale, l’angle de vision est également moins large avec un téléviseur QLED qu’avec un téléviseur OLED. Cependant, ce défaut peut être minimisé par le fait qu’un écran QLED est moins sujet aux reflets qu’un écran OLED, ce qui peut avoir son importance, en particulier en pleine lumière ou en journée.

 

3. Quelle technologie pour quel usage…

Quand on utilise l’écran la journée

Si votre téléviseur a vocation à être allumé surtout en journée dans une pièce lumineuse, l’idéal est de privilégier le QLED. Comme évoqué plus haut, cette technologie d’écran permet de profiter d’une luminosité exemplaire et d’un filtre anti-reflet particulièrement efficace. Que vous soyez films ou séries en journée ou que vos enfants apprécient les dessins animés à tout moment, le QLED a de quoi vous satisfaire sans que vous ayez besoin de tirer un rideau ou d’éteindre la lumière.

Quand on l’utilise dans une installation Home Cinéma

Si vous possédez un Home Cinéma et que votre plaisir est de fermer les volets et d’éteindre la lumière pour lancer un Blu-ray et transformer votre salon en salle de cinéma à domicile, l’OLED est parfaitement adapté. Vous profiterez ainsi du meilleur taux de contraste, de couleurs réalistes et d’une luminosité en accord avec l’éclairage ambiant, absent ou bien minime. Notez que si vous avez un usage équilibré entre journée et soirée, acquérir un téléviseur QLED récent peut s’avérer être un bon compromis, en particulier s’il est équipé d’une technologie de « local dimming« .

Quand on regarde du sport

Sur ce point, le temps de réponse extrêmement réduit de l’OLED fait la différence. Que vous regardiez du football, du rugby ou encore du tennis pour ne citer que quelques exemples, cette technologie est la plus indiquée pour profiter d’une image toujours fluide et agréable à l’œil.

Quand on joue aux jeux vidéo

Pour la même raison que pour le sport, l’OLED a tendance à être la technologie la plus conseillée face au QLED pour jouer aux jeux vidéo. Cependant, un écran QLED avec un temps de réponse de 2 ms peut largement convenir pour jouer, qui plus est si vous êtes plutôt adepte de ce loisir en journée, pour des questions de luminosité. Le temps de rémanence est important, mais il ne fait pas tout. De plus, les téléviseurs 4K Ultra HD récents embarquent très souvent de nouvelles technologies liées au gaming, comme le FreeSync d’AMD, le G-Sync de NVIDIA ou encore le VRR de Sony, qui permettent de profiter d’un taux de rafraîchissement synchronisé entre l’écran et l’appareil compatible (PC gamer, console de jeux…). Il ne faut pas hésiter à explorer les fonctionnalités du téléviseur qui vous intéresse pour vérifier si de telles options sont incluses.

Des technologies toujours en mouvement

Si l’OLED et le QLED cultivent leurs atouts, les deux technologies peuvent compter sur les constructeurs qui les exploitent pour travailler dur en vue de combler leurs faiblesses. De ce fait, ce que l’on constate aujourd’hui changera peut-être demain, et un modèle plus approprié qu’un autre dans le contexte actuel pourra potentiellement être concurrencé par l’autre technologie à l’avenir.

Cependant, ce que l’on peut dire sans prendre trop de risque, c’est qu’aujourd’hui l’OLED et le QLED sont des technologies « mûres ». Elles sont maîtrisées par les fabricants d’écrans et elles sont donc fiables. Si un modèle de téléviseur OLED ou QLED vous intéresse et répond à vos besoins, c’est donc un investissement qui vaut le détour, pour les multiples raisons évoquées dans cet article.

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués d'une * sont obligatoires. Les informations saisies ne seront pas utilisées à des fins commerciales.