Acheter un drone ? Ce qu’il faut savoir

Publié :
[Total : 2    Moyenne : 5/5]
[Total : 2    Moyenne : 5/5]

La mode des drones bat toujours son plein : ces appareils volants ont de quoi intriguer, et même fasciner, tant ils représentent le fantasme de voler sans entraves. Pourtant, leur utilisation est réglementée. On fait le point sur ces objets volants identifiés !

Qu’ils tiennent dans la paume de la main où qu’ils pèsent plusieurs centaines de grammes, qu’ils se contrôlent au smartphone ou avec une manette dédiée, les drones sont toujours de drôles d’appareils. Longtemps réservés aux professionnels et aux acharnés de l’aéromodélisme, ils sont désormais disponibles à la vente pour tous, à travers une offre conséquente et aux tarifs variés. Mais attention : avant de décoller, lisez ceci  !

comment faire atterrir un drone?

Drones : des modèles d’intérieur et d’extérieur

Il existe des dizaines de modèles de drones destinés au grand public. Mais on distingue seulement deux grandes catégories : les drones d’intérieur, et ceux d’extérieur. Certains, comme le Mambo Fly de Parrot, peuvent être utilisés aussi bien dehors que dedans. Mais dans la plupart des cas, il faut choisir, car les deux types de vols nécessitent des configurations différentes : un drone d’extérieur pèse notamment un peu plus lourd, pour mieux résister au vent, et bénéficie d’une meilleure portée. Un drone d’intérieur est souvent plus léger et il est vendu avec une carène destinée à protéger les hélices des chocs, plus fréquents.

Dans les deux cas, il y a des précautions à prendre : pour une utilisation en intérieur, mieux vaut ranger ou protéger les objets fragiles et précieux, car un choc est vite arrivé. À l’extérieur, ne sortez pas le drone les jours de grand vent et évitez les zones boisées ou proches de câbles électriques : il serait dommage que vos premiers vols deviennent de mauvaises expériences !

homme fait voler drone dehors

À chaque usage son drone

Dans ces catégories, on trouve un nombre énorme de références, et de prix. Tout dépend de l’usage que vous comptez en faire : si vous souhaitez simplement vous amuser à faire des figures ou des courses avec un modèle accessible, vous pouvez opter pour un modèle comme le X4 de Hubsan. Il vole jusqu’à 200 mètres à l’aide de sa manette radiocommandée et dispose d’une autonomie de 10 minutes, le tout pour moins de 100 euros. Pour passer le temps chez vous, le MinQuadcopter de WeWoo vole en intérieur pour moins de 40 euros.

Si votre objectif est de faire de longs et hauts vols et de filmer des paysages, alors il faut passer à un modèle plus performant, et donc plus cher. Le DJI Spark Controller Combo inclut un drone DJI Spark et un contrôleur radiocommandé, ce qui permet de le piloter sur une distance de deux kilomètres, avec 16 minutes d’autonomie. Le drone est équipé d’une caméra Full HD qui permet de filmer et prendre des photos en vol, pour des images souvent très réussies.

DJI est une marque réputée pour proposer des modèles de qualité professionnelle au grand public. On peut également citer le drone Phantom 4 Advanced, qui filme quant à lui en 4 K Ultra HD et affiche une autonomie jusqu’à 30 minutes ou encore le DJI Mavic Zoom 2, doté d’un capteur haute résolution avec zoom optique x2, capable de filmer en Full HD et qui bénéficie de 31 minutes d’autonomie.

Ces drones sont équipés de nombreux capteurs et stabilisateurs, ce qui les rend bien plus faciles à piloter que de petits modèles moins chers. Ils sont clairement destinés à des amateurs éclairés, qui veulent réaliser des films de vacances originaux, filmer des compétitions sportives ou d’autres événements sous un autre angle.

Enfin, on trouve d’autres modèles très performants qui sont, eux destinés aux courses de drones. On peut citer les marques Kyosho, ImmersionRC, Parrot ou Hubsan qui proposent des modèles adaptés. Car, oui, la course de drones existe en compétition, et c’est même très étonnant à regarder. Cette catégorie de drones est cependant à part, car elle nécessite d’avoir déjà une parfaite maîtrise et même de savoir les bricoler, pour être abordée.

Une législation très pointue

L’envie d’acquérir l’un de ces modèles vous démange ? C’est normal, ce sont de beaux objets, et les possibilités sont nombreuses. Néanmoins, il y a un autre point, sans doute le plus important, à prendre en compte : la loi !

En effet, la législation est très stricte, en France, au sujet des drones. Il est notamment interdit de survoler des zones habitées, que l’on soit en centre urbain ou dans un village de campagne, et ce pour des raisons de sécurité et de vie privée. Dans une zone qui n’est pas habitée, il ne faut pas survoler de personnes ou de rassemblements : un drone qui tombe peut faire très mal. Par ailleurs, il est interdit de survoler des zones sensibles, comme des centrales nucléaires, des zones militaires, des voies ferrées, ou encore des lieux consacrés à l’aviation.

Autre point très important : un drone ne doit pas voler à plus de 150 mètres de hauteur. Cette règle met en avant un paradoxe évident avec une bonne partie des drones milieu et haut de gamme du marché, qui peuvent voler bien plus haut que 150 mètres, mais qui sont donc bridés par la loi. Un peu comme les voitures qui peuvent rouler à 180 km/h, mais sont limitées à maximum 130 km/h…

Cette vidéo réalisée par le Ministère de l’Écologie et du Développement durable résume bien ce qu’il faut savoir avant de se lancer dans le pilotage de drone :

En somme, pour pouvoir utiliser un drone librement, mieux vaut avoir à disposition de vastes espaces relativement déserts, et parfaitement maîtriser l’appareil pour gérer son altitude dans les limites de la légalité. Dans la mesure où l’appareil peut s’avérer dangereux en cas de choc et de chute, mieux vaut savoir s’en servir et pratiquer dans des zones dédiées ! Sachez également que de nombreux clubs de modélismes permettent de faire voler les drones dans des zones balisées : renseignez-vous près de chez vous ! Enfin, si vous souhaitez filmer un événement particulier, assurez-vous de disposer des autorisations nécessaires.

Une formation obligatoire, à passer en ligne

Fin 2018, une formation a été mise en place pour les possesseurs d’un drone de loisir. Cette dernière se déroule sur Internet, prend peu de temps et s’avère gratuite. Elle est également obligatoire à partir de 14 ans pour piloter un drone de plus de 800 grammes. L’objectif est de sensibiliser le pilote aux bons usages et bonnes pratiques autour de ce loisir, de plus en plus populaire.

Accessible sur le site Fox Alpha Tango, géré par la Direction générale de l’aviation civile, la formation se compose de six modules de cours en vidéos, accompagnés de QCM visant à s’assurer de la bonne compréhension des règles en vigueur. Il est possible de passer le test plusieurs fois, jusqu’à l’obtention du certificat.

Les pilotes de drones doivent disposer du certificat lorsqu’ils font voler leur quadricoptère : en cas de contrôle par les autorités, s’il n’est pas présenté ou s’il s’avère que la formation n’est pas suivie, alors le pilote risque une amende. Mieux vaut donc suivre les règles !

Vous avez désormais toutes les cartes en mains pour trouver le drone qui vous convient. De quoi voler sereinement !

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués d'une * sont obligatoires. Les informations saisies ne seront pas utilisées à des fins commerciales.