Atchoum, c’est le printemps ! Nos conseils bien-être anti-pollen

Publié :
[Total : 1    Moyenne : 5/5]
[Total : 1    Moyenne : 5/5]

Nez qui coule, yeux rouges, gorge qui gratte : pour certaines personnes, le retour du printemps est aussi celui des allergies. Difficile d’y échapper complètement quand on y est particulièrement sensible mais voici nos conseils pour limiter les dégâts.

Le « rhume des foins » qui touche 15 à 20% de la population est en réalité dû aux pollens issus de plusieurs types de végétaux et de moisissures. Ces pollens, transportés par les vents, proviennent de graminées, d’herbacées ou d’arbres. Bien qu’inoffensives, ces graines microscopiques déclenchent une contre-attaque disproportionnée du système immunitaire, à grand renfort de larmes et d’écoulement nasal. Au hit-parade des espèces les plus allergéniques, les pollens de cyprès, de bouleau, d’aulne et de frêne. Les pollens de graminées et d’ambroisie sont également très allergisants.

Expérience vécue, il est tout à fait possible, alors que l’on n’avait jamais ressenti la moindre gêne, d’être subitement atteint du fameux « rhume des foins » : parce que l’organisme a mis du temps à se sensibiliser (à reconnaître l’intrus supposé), parce que tel pollen est particulièrement allergène cette année-là ou en raison de la pollution atmosphérique, facteur aggravant. Raison de plus pour prendre quelques mesures préventives !

allergies au pollen printemps

C’est dans l’air

Pour planifier ses sorties, il est important de se renseigner sur la qualité de l’air. On peut pour cela consulter le site du Réseau National de Surveillance Aérobiologique. Véritable « météo des pollens », le site de la RNSA affiche les alertes région par région et indique le type de pollens présents dans l’air jour par jour. Si l’on dispose d’un smartphone, la RNSA propose son application gratuite Alertes Pollen pour Android et iOS. Jusqu’à 5 pollens et 5 départements peuvent être mis en favoris. La géolocalisation est également possible. 

Autre application intéressante, Arbralergik, développée conjointement par le laboratoire danois ALK et la RNSA, et qui propose une aide à l’identification des arbres et des plantes allergisantes.

Comment se protéger ?

Contre les yeux rouges et gonflés, c’est le moment de ressortir les lunettes de soleil qui permettront d’éviter à l’extérieur le contact entre les pollens et les yeux. Ce n’est pas encore le Festival de Cannes, mais mieux vaut jouer les stars que ressembler à un lapin russe !
Pour les mêmes raisons, un chapeau protégera les cheveux et évitera de ramener des pollens à domicile. En période de pic, se laver ou au moins se rincer les cheveux lorsque l’on vient du dehors limitera aussi les dégâts.
Comme malgré tout ces pollens microscopiques se glissent partout, il est important d’aérer plus souvent la chambre à coucher. À faire tôt le matin ou en soirée, mais attention aux vents qui, au contraire, apporteraient des pollens supplémentaires.

pollen gratte les yeux

Attention au linge !

On n’y pense pas forcément, mais à chaque sortie, le pollen se dépose sur les vêtements et y reste bien accroché. Pour cette raison, pendant les périodes critiques, il est important de se changer lorsque l’on vient du dehors, sans secouer ni frotter les vêtements sur le visage.
Après un pic important, on pourra aussi en profiter pour laver les textiles de la maison, notamment les rideaux, ou les pollens de l’extérieur s’accumulent. Raison de plus pour se lancer dans le grand nettoyage de printemps !  mais ne faites pas l’erreur de laisser sécher le linge dehors. Ce n’est pas la crasse qui se redéposera, mais les vilains pollens !

Étendre le linge dehors

Enfin, puisque l’on parle ménage, l’aspirateur pourra s’avérer d’un grand secours… ou au contraire empirer les choses. Il permettra de se débarrasser des importuns, mais à condition d’être équipé d’un filtre efficace. Les modèles d’aspirateurs pour personnes allergiques sont équipés d’un filtre spécial, souvent à eau. Même s’ils sont surtout indiqués en cas d’allergies aux acariens, ce type d’appareils, qui évitent de faire voler les pollens allergènes partout, seront fort utiles, d’autant que pendant un rhume des foins, on est aussi beaucoup plus sensible à la poussière.

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués d'une * sont obligatoires. Les informations saisies ne seront pas utilisées à des fins commerciales.