Capteur de qualité de l’air intérieur : le secret pour une maison saine !?

Publié :
[Total : 1    Moyenne : 5/5]
[Total : 1    Moyenne : 5/5]

S’intéresser de près à la qualité de l’air de son domicile peut être la clé d’un environnement plus sain, et donc d’une vie meilleure au quotidien. Pour vous aider, vous pouvez installer chez vous un capteur d’air intérieur. On vous explique tout !

 

Un air sain pour une vie saine

Entre la pollution, les détergents et autres produits ménagers, la cheminée ou le chauffage au gaz qui rejettent du CO² ou tout simplement un logement pas assez aéré, les raisons qui peuvent expliquer la dégradation de la qualité de l’air dans une maison ou un appartement sont nombreuses. Et encore, tout cela est sans compter sur l’humidité ou une température trop basse ou trop élevée !

Vous avez parfois mal à la tête, le nez sec ou bouché, une fatigue trop présente ou votre petit dernier qui fait des crises d’asthme à répétition ? Les causes peuvent être multiples, mais il serait intéressant, dans ces cas-là, de s’intéresser à la qualité de l’air présent à l’intérieur de votre logement.

 

Les COV et PE, incontournables mais embêtants !

L’acronyme COV renvoie aux composés organiques volatils, des composés issus de nombreuses sources, dont l’humain. On en trouve un très grand nombre dans la nature, et ils viennent de manière continue et quasi incontrôlable perturber la qualité de l’air. Certains sont irritants et d’autres peuvent même être dangereux pour la santé lorsqu’ils sont associés à une certaine toxicité : c’est d’ailleurs le cas, entre autres, du monoxyde de carbone.

Que vous respiriez, que vous fassiez la cuisine ou le ménage, il est impossible d’échapper aux COV. À cela s’ajoutent les perturbateurs endocriniens (PE), des substances chimiques d’origine naturelle ou artificielle étrangères à l’organisme, qui peuvent perturber le fonctionnement du système endocrinien et ainsi entraîner des soucis de santé. La plupart du temps, ces composés sont inodores et totalement invisibles : vous ne les voyez pas, vous ne les sentez pas, et pourtant ils sont bien là !

Si ces composés volatils sont impossibles à esquiver, il est possible d’en minimiser l’impact d’une manière très simple : en aérant son logement ! En effet, ce geste permet de renouveler l’air intérieur, et donc limiter la présence des COV et des PE. Mais en hiver, ouvrir la fenêtre est synonyme de perte de chaleur ! Il y a de multiples raisons qui nous poussent à ne pas ouvrir la fenêtre trop longtemps. L’utilisation d’un capteur d’air intérieur peut être salvateur dans ce genre de situation.

capteur de pollution de l'air intérieur Eve Room

 

Et l’humidité, dans tout ça ?

L’humidité est également un indicateur important de la qualité de l’air. Elle est l’expression, en pourcentage, de la quantité de vapeur d’eau présente dans l’air.

Trop de vapeur dans l’air, et l’environnement est humide, favorable à la prolifération de bactéries — les fameuses traces noires aux murs — mais également de crises allergiques. Par exemple, les acariens se reproduisent plus vite dans un environnement humide. Et tout ça, c’est sans compter l’horrible odeur de renfermé !

À l’inverse, un air trop sec est souvent synonyme de toux irritante, d’une peau sèche, de maux de tête… les plantes et les animaux ont également du mal à supporter un tel environnement. Ce n’est pas agréable à vivre du tout !

Mais alors, comment savoir si le taux d’humidité d’un logement est correct ? Il faut en premier lieu savoir que le taux d’humidité dans une habituation doit se situer entre 40 % et 60 % pour être dans la norme. Pour le mesurer, là encore, un appareil mesurant la qualité de l’air intérieur est particulièrement efficace.

 

Comment fonctionne un capteur de qualité de l’air intérieur ?

Prenons l’exemple du capteur d’air Eve Room. Cet appareil, compatible Homekit, s’installe dans n’importe quelle pièce d’un appartement ou d’une maison, où il va effectuer des mesures en temps réel de la qualité de l’air, de la température et de l’humidité. Il donne accès en un seul coup d’œil à toutes les données relevées sur son écran, mais permet, via une application compatible avec les iPhone et iPad d’Apple, d’avoir accès à un suivi des mesures sous la forme de graphiques. Vous pouvez ainsi avoir un aperçu des mesures, et ouvrir la fenêtre si nécessaire, jusqu’à ce que les paramètres reviennent dans des fourchettes acceptables.

Eve Room Elgato capteur de pollution interne

 

Si vous êtes équipé d’un terminal sous Android, vous pouvez opter pour le capteur de qualité de l’air Healthy Home Coach de Netatmo, qui propose lui aussi la mesure de la qualité de l’air, du taux d’humidité, de la température et, en plus, du niveau de bruit, une autre nuisance qui peut perturber au quotidien.

Netatmo capteur air intérieur

 

Dans les deux cas, l’objectif est similaire : assurer des relevés en temps réel dans l’environnement intérieur choisi, et vous permettre de réagir en fonction des indicateurs, clairement mis en avant. Ouvrir une fenêtre, baisser ou monter le chauffage, installer un humidificateur d’air, nettoyer les bouches d’aération, améliorer l’isolation… il ne tiendra plus qu’à vous d’optimiser la qualité de l’air dans votre logement.

Car si un capteur d’air intérieur n’est pas une solution miracle pour rendre l’air plus sain, il donne cependant toutes les indications pour améliorer son environnement de vie. Garder un œil sur ces informations essentielles peut être un déclic pour s’intéresser davantage à l’air qui nous entoure, et à faire le nécessaire pour le rendre plus respirable !

 

Les capteurs d’air intérieur EVE et NETATMO en vidéo

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués d'une * sont obligatoires. Les informations saisies ne seront pas utilisées à des fins commerciales.