Comment piloter sa maison à l’aide d’un assistant vocal ?

Publié :
[Total : 9    Moyenne : 4/5]
[Total : 9    Moyenne : 4/5]

Vous avez équipé votre domicile d’un assistant vocal comme le HomePod d’Apple, Amazon Echo ou Google Home ? Bonne idée, vous allez désormais pouvoir lancer les ordres à voix haute et vous faire obéir dans la seconde. Voici nos conseils pour optimiser le tout !

Les trois principaux assistants vocaux actuellement proposés sur le marché sont Siri, via le HomePod d’Apple, Alexa avec les enceintes Amazon Echo, et Google Assistant, quant à lui présent dans les enceintes Google Home.

S’il existe d’autres marques d’enceintes qui intègrent Google Assistant et Alexa, à partir du moment où l’enceinte est équipée de l’un de ces assistants, vous pouvez commander vos appareils connectés compatibles à la voix (Lire l’article « Apple HomePod, Google Home ou Amazon Echo : quel assistant vocal pour sa maison ? »).

Le tout est de savoir utiliser au mieux ces fonctions, qui offrent de nouvelles perspectives de pilotage sans les mains !

 

La compatibilité

De très nombreux appareils connectés sont compatibles avec les assistants vocaux mais pas forcément de la même manière, ce qui ne simplifie pas les choses. De plus, ils peuvent être compatibles avec l’un ou l’autre des assistants, voire deux ou les trois.

Pour savoir avec quels assistants l’appareil est compatible, il suffit de regarder les logos sur la boîte ou les spécifications du produit, c’est toujours indiqué.

Première distinction à faire, un appareil peut être compatible en tant que tel directement sans nécessiter une passerelle supplémentaire, c’est le plus simple. Généralement, ces appareils sont compatibles avec Google Home et Amazon Alexa ou avec Apple HomePod car le fonctionnement est différent.

 

quoi demander à son enceinte connectée

 

Les appareils connectés en WiFi avec Google Home et Alexa

Pour fonctionner directement avec Google et Amazon, l’appareil doit se connecter en WiFi au réseau domestique. Le procédé d’association à l’assistant vocal est simple à mettre en œuvre. Il faut commencer par télécharger l’application de l’appareil sur son smartphone (iOS ou Android) et c’est à travers elle qu’il sera relié au WiFi et il pourra déjà se piloter par l’application.

Si vous disposez d’un assistant Amazon Echo, il suffit d’aller dans l’application Alexa sur le smartphone et de chercher la « skill » qui correspond à l’application de l’appareil en entrant son nom. Une fois trouvée, vous l’installez et les deux applications seront reliées. A partir de là, l’assistant Alexa connait le nom de l’appareil et peut le piloter à la voix. S’il s’agit d’une ampoule connectée et que vous l’avez appelée « lampe du salon », il suffira de dire : « Alexa allume la lampe du salon ». Il faut juste faire attention à donner un nom différent à tous les appareils ! Avec Google Home, c’est encore plus simple.

Dans l’application Google Home, il suffit de rechercher les objets connectés au réseau WiFi et de sélectionner ensuite le bon, Google demandera juste l’identifiant et le mot de passe associé à l’appareil en question.

 

Les appareils compatibles Apple HomeKit

Pour le HomePod d’Apple, les appareils doivent être compatibles avec Apple HomeKit et donc disposer d’une connexion Bluetooth.

Généralement, l’installation est très simple puisqu’il suffit de scanner le QR Code ou de rentrer un numéro fourni avec l’appareil dans l’application HomeKit sur l’iPhone ou l’iPad ou dans celle du constructeur de l’objet.

En fait, l’appareil n’est pas relié directement à Internet mais communique avec le HomePod en Bluetooth qui lui est relié au WiFi de la maison. Ensuite, pour le pilotage à la voix, c’est le même principe que sur les autres assistants.

 

Les systèmes indépendants

D’autres appareils connectés disposent de leur propre passerelle pour les relier à Internet, soit en WiFi, soit directement par un câble réseau connecté à la box.

Les appareils concernés fonctionnent généralement dans un écosystème associant plusieurs objets connectés. On peut notamment citer Philips Hue et son système d’éclairage intelligent ou Tado qui connecte le chauffage par un thermostat et des têtes thermostatiques.

Certains systèmes sont compatibles avec les trois assistants vocaux, notamment ceux évoqués plus haut. Ensuite, le pilotage se fait de la même manière à la voix, généralement par zones ou actions définies dans l’application du fabricant des appareils. Par exemple pour Tado, on dira : « Alexa, règle la température du salon sur 22 degrés ».

 

siri

 

Créer des groupes et des scénarios

Si on peut commander les appareils individuellement à la voix, il est encore plus intéressant de créer des scénarios.

Cela se fait assez simplement dans les applications des assistants vocaux en créant par exemple un groupe d’appareils qui peuvent être toutes les lumières connectées de la maison. Lorsque l’on dira : « OK Google, éteint les lampes », elles s’éteindront toutes, pratique quand on part précipitamment.

Il est également possible de créer des scénarios plus complexes comme allumer la lumière quand le soleil se couche ou quand on ouvre une porte munie d’un détecteur d’ouverture, par exemple.  Cela peut se faire dans l’application des appareils concernés quand ils sont tous du même fabricant.

On peut aussi le faire dans l’application Amazon Alexa par des routines et dans HomeKit d’Apple par des scènes. Ce sera aussi disponible sous peu dans l’application Google Home.

 

Créer des scripts personnalisés avec IFTTT

Si vous commencez à maîtriser les commandes de vos appareils connectés et de votre assistant vocal sur le bout des doigts, et qu’un soupçon de code informatique ne vous fait pas peur, alors vous pouvez tenter l’expérience IFTTT. Il s’agit d’un service Web entièrement gratuit, qui permet de concevoir facilement des scripts pour de multiples appareils et services Web.

La manière de se servir de IFTTT est quasiment infinie ! Il suffit d’utiliser votre imagination, et les nombreuses commandes proposées par la communauté avec Google Assistant et Amazon Alexa. Malheureusement, dans l’immédiat, IFTTT n’est pas compatible avec HomePod.

Vous pouvez personnaliser les commandes envoyées à votre assistant pour le faire réagir. Par exemple, vous pouvez demander à Alexa d’allumer la lumière du salon quand vous lui dites « Alexa, je suis rentré », ou lui demander de monter le chauffage dans la salle de bain à la commande vocale « Alexa, je vais me laver ». « Ok Google, c’est l’heure d’aller au lit » peut être programmé pour éteindre toutes les lumières, tandis que « Dis Google, il fait trop chaud » peut être utilisé pour baisser votre thermostat connecté de deux ou trois degrés. Ce ne sont là que quelques exemples de commandes que vous pouvez paramétrer grâce à IFTTT.

Cela demande un peu de patience et de connaissances de vos appareils connectés, c’est pourquoi il ne faut pas hésiter à apprivoiser vos commandes vocales de base avant d’aller plus loin. Mais vous ne regretterez pas le temps passé à personnaliser vos commandes ! Il se peut même que vous deveniez totalement accro.

 

Piloter votre domicile à la voix vous offre donc de multiples perspectives. Une fois passée l’étape du paramétrage de vos appareils, vous pourrez en profiter immédiatement, et même pousser leur personnalisation plus loin si vous le désirez. Une bonne raison d’opter pour un assistant vocal et des objets connectés compatibles !

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués d'une * sont obligatoires. Les informations saisies ne seront pas utilisées à des fins commerciales.